Exercices Hanon et leurs dangers

Ces fameux exercices de Hanon (ou Le Pianiste virtuose)

hanonActive dans plusieurs groupes de discussion de pianistes, je relis régulièrement la même question: « Quels exercices peut-on faire pour assouplir les mains ou acquérir une meilleure dextérité ».
La réponse à l’unanimité est toujours la même: Faire des gammes, des arpèges et les exercices de Hanon.

Hanon en 2 mots (selon Wikipedia)

Le Pianiste virtuose par Charles-Louis Hanon (titre complet : Le Pianiste virtuose en 60 exercices, calculés pour acquérir l’agilité, l’indépendance, la force et la plus parfaite égalité des doigts ainsi que la souplesse des poignets) est un ensemble d’exercices techniques destinées à perfectionner le jeu pianistique du musicien.

Publié pour la première fois à Boulogne en 1873, Le Pianiste virtuose est l’ouvrage le plus connu de Charles-Louis Hanon, et est encore largement utilisé par les professeurs de piano et les élèves.

L’introduction exprime l’objectif de cet ouvrage. En voici un résumé :

« De nos jours, l’étude du piano est si répandue et les bons pianistes sont tellement nombreux, qu’on ne tolère plus de médiocrité dans le jeu pianistique. Étudier insuffisamment le piano produit un jeu pianistique incorrect (par manque de précision rythmique), maladroit (à cause de la raideur des doigts et des poignets), exécuté laborieusement (à cause de la fatigue musculaire), donc inexpressif… La main gauche est « gauche » à tous les sens du terme, les 4e et 5e doigts sont faibles et raides…

Pour avoir un bon niveau, il est nécessaire d’étudier le piano pendant au moins 8 à 10 ans. Or peu de gens sont à même de consacrer autant d’années à l’étude de cet instrument.

Il existe une solution qui permet d’obtenir un bon niveau pianistique en beaucoup moins de temps : ce sont les exercices de virtuosité, réunis dans cet ouvrage. Après les avoir déchiffrés, il faut les jouer rapidement pour plus d’efficacité. Ils permettent d’exercer les dix doigts afin de les muscler, d’assouplir les poignets, d’acquérir l’indépendance des doigts et la force musculaire, et d’être progressivement capable de bien jouer toutes les œuvres pianistiques, même les plus difficiles.

Cet ouvrage est destiné à tous les élèves pianistes, depuis un niveau presque débutant jusqu’à un niveau élevé. Les pianistes et professeurs qui n’ont pas le temps ou la possibilité de s’entraîner suffisamment, retrouveront rapidement un jeu pianistique virtuose grâce à ces exercices. Un pianiste qui répète ces exercices tous les jours pendant quelque temps, réussira à avoir un jeu pianistique net, précis et « perlé » comme celui des concertistes. Cet ouvrage permet de résoudre toutes les difficultés techniques du jeu pianistique. »

Bref, c’est un ouvrage d’exercices de piano, à la limite sportifs, destinés à ceux qui veulent devenir virtuoses. Mais bon il date d’une autre époque, où les besoins et les normes étaient différents. Il n’en reste pas moins efficace mais plutôt destiné à un public averti et obstiné.

  • Edit: C’est marrant (ou pas), je suis en train de traduire cet article et plutôt que de traduire la partie ci-dessus, éditée par  Wikipedia, je voulais copier la version anglophone. Et là je me rends compte que la version anglophone n’est pas une traduction de la version francophone qui prône les mérites de cet ouvrage, mais un article complètement différent qui d’emblée évoque les avis controversés des professeurs de piano. On y retrouve une brève description du but des exercices pour arriver sur la partie principale: « Criticism »

 

Hanon. Ah non!

Si je peux les conseiller donc à certains (qui sont vraiment en minorité), c’est parce qu’en effet ils peuvent être efficaces et j’ai moi-même profité de leur bienfaits.

MAIS, parce qu’il y a toujours un mais, sous certaines conditions. Pour tous les autres je les déconseille comme de plus en plus de professeurs de piano de nos jours.

https://lecahierdupianiste.com/2013/11/08/dites-non-au-hanon/

http://www.francemusique.fr/classique/lecon-de-piano-de-philippe-cassard-aspects-de-la-technique-pianistique-en-video-3e-episode-24941

(Avant de vous lancer, je vous conseille vivement de lire ces 2 articles, vaut mieux savoir à quoi s’attendre)

 

  • Primo, ces exercices sont d’un ennui pas possible et imposer ces exercices à un débutant l’entraine bien souvent dans un écœurement du piano et le conduit à un abandon s’il pense qu’il faut passer par là pour bien apprendre le piano. Ce que j’ai vécu étant très jeune. Par-contre, quand j’ai repris le piano, une fois adulte, par plaisir et non plus par obligation, j’ai recommencé par des mélodies simples mais que j’aimais bien, ce qui me motivais de plus en plus à continuer. Puis assez rapidement les morceaux devenaient de plus en plus difficiles, jusqu’au point où je bloquais pour des raisons physiques. Certains passages étaient impossibles à jouer, simplement parce que mes mains n’étaient physiquement pas prêtes pour ça. La meilleure solution pour résoudre ce problème était de pratiquer ces fameux exercices Hanon m’a t’on dit. Résolue (voire bornée) à progresser, j’ai commencé ces fameux exercices. Je m’étais fait un petit planning avec des challenges à atteindre. Du style:
    jour1: exercice 1 à vitesse 30 (noires par minutes)
    jour 2: exercice 1 à v 32 + exercice 2 à v30 et v32
    jour 3 exercice 1 et 2 à v34 + exercice 3 à v30, 32 et 34 et ainsi de suite.

partitionshanonsurmur2C’était devenu très vite une addiction au point d’en avoir fixé au mur tous les exercices Hanon de la première série.
Dès les premiers jours j’ai senti la différence. Après avoir pratiqué ces exercices pendant au moins une demi-heure, mes mains étaient suffisamment échauffées pour pouvoir jouer des morceaux plus difficiles.
Du coup, ça m’a motivée encore plus de continuer à les faire. Cela m’a finalement permis d’accéder à un tout autre niveau de répertoire 🙂

Donc oui, si vous avez déjà un certain niveau et que vous bloquez à cause d’un manque réel de souplesse et que vous avez un réel souhait de progresser et que cela ne vous a pas été imposé mais votre propre choix. Considérez les plutôt comme de la physiothérapie.
Non si vous débutez, vos mains ne seront pas encore prêtes pour faire ces exercices correctement, la souplesse viendra naturellement avec d’autres exercices.

  • Secundo, pour qu’ils soient efficaces, il faut travailler dans le détail et la précision. Ces derniers doivent être impérativement contrôlés par un professeur de piano. La moindre petite erreur est fatale et amène à de mauvaises habitudes qui deviennent très vite difficile de corriger.
    Voulant avancer plus vite, j’ai brûlé les étapes en jouant de plus en plus vite, mais arrivée à 90 Bpm, plus moyen d’avancer. J’ai du reprendre à 30 Bpm (sous le contrôle de mon prof)  pour affiner la précision de chaque mouvement, préservant ainsi un maximum d’énergie pour pouvoir aborder des vitesses rapides.

 

  • Tertio, vu que ce sont des exercices d’échauffement, il faut les faire au moins 1 h par jour et tous les jours. Ils sont efficaces dans la régularité du travail et la longévité. Les faire une fois par semaine ne sert strictement à rien, c’est du temps perdu. Si vous avez moins de 2h par jour à consacrer au piano, ne perdez pas votre temps avec ces exercices, il y en a d’autres plus efficaces.

 

  • Finalement, la critique la plus répandue évoque que la pratique de ces exercices amènent les étudiants à une attitude mécanique et non musicale. Il jouent à la manière de robots et perdent toute notion d’émotion, de sensibilité, le sens profond de la musique. Je constate également cela quand je compare les interprétations des pianistes qui pratiquent et recommandent ces exercices. Ceux là ont une très bonne technique mais peu de musicalité alors que le jeu de débutants apprenant le piano de manière plus intuitive, moins méthodique, voir même en autodidactes adoptent des positions plus naturelles, moins crispées et reproduisent avant tout les émotions qu’ils ressentent dans la musique.

 

Pour résumer, ces exercices sont plutôt réservés aux pianistes aguerris  qui veulent atteindre un très haut niveau, qui vouent leur vie au piano et s’entrainent plus de 4h par jour. 

 

Pour ceux qui ont (encore) le courage voici tout un site qui ne parle que de Hanon et ses exercices incontournables pour les pianistes. (en anglais, je préviens, m’enfin la musique est un langage universel)

hanon-onlinehttp://www.hanon-online.com/

Et si vous êtes toujours motivés à faire ces exercices, voici ce qui m’a aidé aussi:
C’est de systématiquement allumer ma webcam quand je m’exerçais. Comme ça je pouvais vérifier le mouvement de mes mains et corriger immédiatement les mouvements superflus avant qu’ils ne soient ancrés. C’est toujours plus facile de voir les défauts des autres parce que quand on joue, on a le nez sur la partition ou on est concentré sur autre chose et on ne voit pas ses mains de la même manière.

Voici un des enregistrements fait à l’époque:

Share

1 Comment on “Exercices Hanon et leurs dangers

  1. bonsoir\r\npianiste débutante de 50 ans, mon prof m’a mise au hanon..et j’adore. parce que très vite les doigts se délient et qu’on peut jouer des morceaux de Vraie musique plus facilement. Je compare ça à la barre des danseuses : exercices fastidieux (je ne trouve d’ailleurs pas ) mais quels progrès on y fait ! ma méthode c’est mains séparées ; la droite on commence le morceau à la noire tempo 90 au métronome, puis 100, 110, 120, 130, jusqu’à la vitesse la plus rapide possible (je lâche à 180 en général). pareil pour la main gauche puis les deux, toujours avec la même technique. et je me suis aussi améliorée sur la tenue de mas bras, mes coudes, mon dos, presque naturellement. Alors moi je dis OUI au hanon, et je pense aux danseuses classiques qui ont toutes commencé par le plié demi-plié !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.